ww2_dday_landing

Remember (D-Day)

« Seashell,
I’ve been burnt by sand,
water showers me,
and leaves in my mouth
a bittersweet and salted taste.
The sun, in its bath,
is playing with fire.
From my vivid edge,
sparks are dodging the sunburns,
jumping and drowning, in the warm breath
of my wounds.
The Earth, the Sea and the Sky
are in fire.
Grace of the world radiating outward.
Hidden in the wave, I am,
seashell, from this blaze ?
Within an acrid vapor,
from the thousand fires of my nacre,
spring from the common jewel,
signals of this beacon
and disappear in the mercury’s lava,
red by the blood or the unburied martyrs.
I’m crying blood tears.
The moon will be red, tonight,
drying my eyes with her hair of wind. »

Don’t forget the braves. Thanks forever.


« Coquillage,
le sable m’a frotté,
l’eau me douche
et laisse à ma bouche,
un goût amer et salé.
Le soleil dans son bain
joue avec le feu.
De ma frange rutilante,
les étincelles fuient les brûlures,
sautent et se noient, dans l’haleine
tiède de mes meurtrissures.
La Terre, la Mer et le Ciel
sont en feu.
Beauté du monde qui m’irradie.
Caché dans l’onde, je suis, moi
coquillage, de cet incendie ?
Au creux d’une vapeur âcre,
des mille feux de ma nacre,
jaillissent du joyau banal,
les signaux de cet instant fanal
et se fondent dans la lave de mercure,
rougie du sang des martyrs sans sépulture.
Je pleure des larmes de sang.
La lune, ce soir, sera rousse
d’essuyer mes yeux, de ses cheveux de vent. »

Ce poème est dédié à la mémoire des soldats du D. Day qui n’ont pas atteint les plages de Normandie, fauchés avant de mettre le pied sur le sable, grâce auxquels, aussi, ce D-Day a été le D-Day One of Liberty.

écrit le 6.6.1994 à Méru. Rémy G.O. Bailleul

Les deux orphelines

Les deux orphelines

Le chat est assis devant le hublot et regarde la sarabande des chaussettes qui tournent dans la machine à laver. Il est fasciné par le changement des formes et des couleurs, dans un maelstrom de bulles. Il s’interroge aussi, car son esprit, porté à l’imagination, rêve d’une roulette au casino. (suite…)

dividendes-bourse

Les Voraces et les Coriaces

Notre excellente amie Anaïs, nous communique des informations du Clersé° fort intéressantes, d’où il appert que : »la réussite allemande a aussi à voir avec la modération des actionnaires ». Tiens donc ! (suite…)

montgolfiere

Interlude 2

Un ministre, dans la nacelle d’une montgolfière, ne sait plus où il se trouve. Il descend et aperçoit une femme au sol. Il descend encore plus bas et l’interpelle :
-Bonjour Madame, excusez-moi, je ne sais plus où je me trouve et je dois déjeuner avec un ami ce midi, pourriez-vous me renseigner ?

La femme lui répond :
-Votre montgolfière est à 50m du sol, à 48° 27′ et 10″ Nord et 8° 24′ et 22″ Est.
-Vous êtes géographe ? dit le ministre,
-Oui, comment avez-vous deviné ?
-Parce que vos informations sont techniquement correctes, mais je ne sais toujours pas où je suis. Elles me sont donc d’aucune aide et vous m’avez même retardé.
-Vous, vous êtes ministre, n’est-ce-pas ?
-Oui, qu’est-ce qui vous fait penser cela ?
-C’est simple, dit la femme, vous ne savez, ni où vous êtes, ni donc, où vous allez. Vous êtes arrivé jusqu’ici, en chauffant et en brassant beaucoup d’air. Vous avez fait une promesse, sans avoir aucune assurance de pouvoir la tenir et vous comptez sur les gens en-dessous de vous pour résoudre votre problème. Votre position, avant et après, notre rencontre, n’a pas changé, mais bien sur, selon vous, c’est moi qui en suis responsable !